coutumes finlandaises (1)

Publié le par anneso


(désolée pour l'absence de photos. je me rattraperai dans le prochain article!)
Entre deux tempêtes, je prends le temps d’écrire. Bon, relativisons, il ne s’agit pas d’Ike ou de Gustav (tiens, on arrête avec les noms de filles pour les catastrophes naturelles ?) ; seulement d’une partie de l’identité finlandaise, la pluie. Je m’étonne qu’il n’y ait pas de problèmes d’inondations, très honnêtement. En fait, les Finlandais se fichent complètement d’être mouillés.
C’est là qu’on différencie un Erasmus d’une vrai Finlandais : le premier s’accrochera désespérément à son parapluie, la cagoule remontée jusqu’aux oreilles, les gants, l’anorak, et il pestera à voix (plus ou moins) haute contre ce fichu climat.


Heureusement, nous ne sommes qu’en septembre. Comme me l’a gentiment confirmé une Finlandaise, le pire est à venir… en novembre. Je ne m’en fais pas trop : qu’est-ce qui peut être pire que de la pluie en continue ? (Quand il commence à pleuvoir, ça dure 24h, sans aucune interruption, et je ne plaisante pas !) Oui, je sais ce que vous pensez, elle est chiante, celle-là, à ne voir que le côté négatif des choses. On a aussi de la pluie en France. Et une grosse crise économique en perspective. Et des grèves à tout bout de champ ! et un gouvernement qui fait plus dans Guignol que dans De Gaulle. C’est vrai, en Finlande, les grèves n’existent pas. Le facteur passe tous les matins (sauf le week end), les poubelles sont ramassées tous les jours (sauf le week end), les bus sont toujours à l’heure, les enseignants à leur poste. Pas de problème SNCF, ni Finnair. Pas de grève des pompiers, des ambulances, des hôpitaux, ou de la police (même si j’en suis encore à me poser cette question : à quoi ressemble un policier finlandais ??? Chose ahurissante, je n’en ai pas croisé un seul, depuis bientôt deux mois que je patauge dans la boue ici)

Je relaterai mes péripéties finlandaises dans un autre article. Ici, je vais me pencher sur leurs coutumes.


Niveau food, d’abord. Leur gastronomique est toujours aussi bonne. Sans rire, un des meilleurs moments dans notre journée de petits étudiants sérieux (à part les soirées bien sûr), c’est le repas au lounas (prononcez lo-ou-nasse), le mot finnois pour « self-service ». on a le choix entre les lounas in town, ou les lounas universitaires (leurs RU)… Rien que d’y penser, je bave sur mon clavier.

Après, je ne me suis toujours pas habituée à manger de la salade en pot. Oui, on ne trouve pas de salades. Il n’y a que des laitues (sauf à Helsinki où on peut trouver de la Romaine), et elles sont plantées dans un petit pot en terre. Enfin, si on peut appeler ça une salade. 5 feuilles qui se battent en duel, pour la modique somme d’1euro50. je raffole de salade, mais c’est vrai que ça fait un peu mal au porte-monnaie…


J’ai quand même résolu le problème du yaourt, je suis très fière de moi ! En fait, les finlandais ne mangent pas de yaourts « nature » en pots, comme nous ; mais en bouteille, comme du lait ou les yaourts à boire à la fraise qu’on trouve en France. J’ai découvert le rayon « bouteilles de yaourt nature », et c’est Alice au pays des merveilles (enrichi en ce que vous voulez, allégé, sans lactose, blablabla. Truc finlandais quoi) J’ai aussi trouvé mon pot de moutarde française Maille (je veux dire une moutarde sans épices), et de la confiture (française aussi. J’ai un peu le mal du pays, comme vous pouvez le voir).
Sinon, tout va bien, j’ai mes repères.

Ils sont donc dingues de charcuterie, mais on se fait aux tranches de jambon de 2cm, sous vide, vendue par boîtes de 200G (donc environ 20 tranches de jambon dans une boîte.. et là encore, sans sel, sans porc, sans gras, on choisit ce qu’on veut…) ; même chose pour le poulet, il se vend en tranches. Le rayon est énorme. Mais le plus impressionnant reste le rayon saucisses !!!!! Je n’aime pas trop ça, je vais donc être avare de détails, mais les amateurs de choucroute ou de saucisses Herta trouveront leur bonheur !


Un autre truc un peu bizarre, c’est la totale confiance que les Finlandais ont envers les clients. Je veux dire, je ne me suis toujours pas faite au système du « café self-service » : on demande un café à la caisse dans un lounas, ou dans un coffeeshop, on paye et on va se servir. Mais la plupart du temps, la machine n’est pas visible du comptoir où on a payé. Et là, on peut aisément se prendre un chocolat chaud, ou un cappuccino alors qu’on a payé juste pour un « kahvi » (c’est la même machine qui fait tout, on change le bouton, c’est tout). Et puis les tas de sachets de thé de différentes sortes à côté… et les petits gâteaux ou les chocolats « payants » mais qu’on peut prendre sans aucun problème. A chaque fois, je pense à ce que ça donnerait en France… Evidemment, si j’en parle, c’est parce que je suis parfaitement honnête. Je pense que c’est ça le truc : comme personne ne nous surveille, on a des problèmes de conscience, parce que c’est « trop facile », et au final, on reste dans le droit chemin (bon, après, je ne vais pas dire que tous les Français font comme moi, je n’en sais rien).

Niveau sport : les Finlandais sont fans de sport. Tout le monde a son vélo (sauf moi : Julia a un pneu crevé depuis deux semaines, et je n’ai toujours rien fait pour le réparer… à part investir dans une carte de bus. Je suis mieux au chaud que sur un vélo à affronter le vent et la pluie à 6 degrés).
Et l’abonnement au club de sport pour l’année universitaire est de 43 euros ! avec la possibilité de faire tout le sport que l’on souhaite. A savoir trois heures de fitness et deux heures de danse brésilienne, en ce qui me concerne. Quand je pense qu’en France, on n’a rien à moins de 300 euros l’année…

Ils se rattrapent sur le prix des livres et des cartes postales. Là, par contre, c’est du grand n’importe quoi. Le moindre bouquin de poche coûte aussi cher qu’un Lagarde et Michard ! Je ne parle pas du prix des revues (sauf les revues finlandaises, bien sûr… mais mon niveau en finnois ne me permet pas de comprendre les tribulations de Pamela Anderson, la star finlandaise par excellence). Au final, on achète sur Amazon, même avec les frais de port, ça revient moins cher.


Niveau scolaire et bizarreries : il ne faut pas confondre « avoir cours de 12 à 14 » et « avoir cours de 12.00 à 14.00 ». dans le deuxième cas, il faut être là pile à 12.00. dans le premier, le cours commence à 12.15 et finit à 13.45. on appelle ça le « quart d’heure académique ». Ils sont fous ces Finlandais ! Sinon, pour les examens, on peut choisir, dans la plupart des cas, la date. Et on dispose de trois chances ! Si on loupe la première fois, no souci, on réessaie.
Selon les cours, on peut avoir des « written examinations » (nos systèmes d’examens français : 4-5 heures dans une salle à réfléchir sur le sens de la vie), un « essay » à rendre, un book exam (on lit deux bouquins, puis on a un exam dessus), un « learning diary » (on rend un rapport sur chaque conférence), ou simplement une présence obligatoire au cours et une participation active. Je sais que pour pas mal d’Erasmus, c’est la panique totale. Mais c’est là que je me rends compte à quel point le système français est difficile et exigeants. En fait, les Français et les Allemands sont très rassurés en Finlande. Je plains de toutes mes forces les pauvres Erasmus finlandais qui vont étudier en France. Ça doit être l’horreur, de passer nos examens !

Je m’arrête là, autre article en préparation ! Hyvää Yötä (bonne nuit. Oui, il est une heure du matin ic)

Publié dans Coutumes finlandaises

Commenter cet article

Essay Writing Help 02/01/2010 13:32


I easily get nice & updated information for research purposes, Nice blog.


Aurélie 26/09/2008 10:03

Moi aussi, je te trouve ultra sévère avec la France --> à la fac une année de sport c'est entre 30 et 50 euros...Bisous!

Colombe 24/09/2008 22:15

186 !!!!
(Imagine que c'est écrit en caps locks)
(C'EST ECRIT EN CAPS LOCK)

Colombe 22/09/2008 09:28

Comme d'hab, je te trouve méga sévère avec la France. Quand tu es dans un café à Paris, il n'y a pas de vigile pour t'empêcher de partir sans avoir payer… Juste ta conscience ! Et c'est pareille en Finlande. Y'en a qui parte sans payer, y'en a qui prenne leur café sans passer par la caisse !

À part ça, contente d'avoir de tes news, le GAP était prêt à envoyer une partie de l'armée à ta recherche !

anneso 23/09/2008 20:12


nan, ça n'a rien à voir !!! quand on est dans un café, on est à une table et on est servi. et c un peu dur de se tailler sans payer. c faisable mais le serveur peut nous choper quand mm,
en finlande, tu te sers toi-même, tu peux prendre ce que tu veux: personne ne regardera si tu prends un chocolat alors que t'as payé un café. viens en finlande, je te montrerai!!!
je t'écris un mail dès mon retour de saint pitiboubou (alias saint petersbourg) si t sage t'auras même une carte postale (156 OU 158 déjà ??? je veux que ma lettre arrive)