Naantali et Seili

Publié le par anneso

Je commence d'abord par vous remercier pour vos commentaires, Auré, Lilizz, Idaline, Elodie, patate, ça me fait vraiment chaud au coeur, continuez à ne pas m'oublier !

Ouh lala, je ne suis pas très assidue ! Il faut dire que la connection internet dans ma chambre laisse à désirer (même si je suis consciente de ma chance: moi au moins, j'ai une connection dans ma chambre! les autres doivent trimballer leur ordi dans la cuisine pour capter)
problème en voie de résolution puisque je devrai avoir, à partir de minuit, ma propre ligne internet. Enfin, je vais pouvoir regarder desperate housewives sans aucune coupure (ben oui, les cours n'ont pas commencé, il faut bien s'occuper !)

Après plus d'un mois en Finlande, quelles sont mes impressions ?
Pour être tout à fait honnête, la France me manque beaucoup. Pas forcément la pollution et les embrouilles gouvernementales; mais ma famille et puis ma nationalité, d'une manière générale, même si c'est une étrange manière de le dire.
En plus, la Finlande est fâchée avec le soleil, on arrive rarement à avoir une journée "solaire" complète, les jours commencent à raccourcir, et le moindre rayon de lumière est perçu comme un miracle de la nature. Je n'attends pas novembre avec impatience !

Ces deux dernières semaines, j'ai quand même eu le temps de "voir du pays"; je veux dire plus que les boîtes de nuit ou les terrasses des cafés de Turku (le café à 2euros minimum, ça fait mal aux fesses, surtout que c'est du "self service", donc on ne paie même pas le travail du serveur)

D'abord, dimanche, visite de la charmante ville de Naantali, située sur une île faisant partie de l'archipel de Turku. Le temps étant maussade, les touristes et les Finlandais sont restés chez eux; nous avions donc la ville à nous !


voici une petite partie du groupe, Michelle, moi, Ana, Andreu, Alejandro agenouillé, et deux autrichiennes (Bernadette et heu.... ?)


Nous avons décidé de prendre le bateau pour l'aller.


 au retour, une partie du groupe avait emmené son vélo pour faire le chemin (l'île est reliée à la "terre ferme" par une route); pour ma part, je ne m'y suis pas risquée. Ma Julia est vraiment super, mais je doute qu'elle supporte un trajet aussi long et tourmenté.


Le belvédère nous offrait une super vue;



photos de la ville :




le parc :


 et j'aurais souhaité visiter la cathédrale, manque de chance, il y avait un enterrement au même instant. Nous nous sommes donc contentés de prendre des photos de l'extérieur, et de discuter pierres tombales (personne n'a osé prendre de photos après une ou deux histoires de revenants. il en faut vraiment peu pour effrayer les gens...)



Déjeuner dans une pizzeria, aux prix exorbitants; mais on finit par s'habituer à payer son repas 15 euros (petite exception toutefois: ici, l'eau était payante! scandaleux, quand on voit tous les lacs qu'ils ont en Finlande !)

Petit tour à la plage de Naantali, également. Un doigt de pied dans l'eau; mais il fait trop froid pour qu'on enlève nos manteaux. de toutes façons, nous sommes venus ici pour visiter, par pour nous baigner (mauvaise excuse, je sais)

trois germains, Julie et moi (ok, on voit pas grand chose)


Le retour s'est fait en autobus, à 5 euros le billet...

Le mardi, visite de l'île de Seili, l'une des plus célèbres et des plus belles de l'archipel de Turku. Cette fois, tout le groupe était présent. Nous avons pris le car, puis deux bateaux. Le beau temps n'était, une fois encore, pas au rendez-vous. Qu'à cela ne tienne, nous avions tout prévu: parapluies, parkas (pour être tout à fait honnête, j'ai dû squatter le parapluie de mon amoureux. j'ai la mauvaise manie de faire une confiance aveugle à la météo... qui raconte des salades. tout le temps !)

La maison d'été de la présidente Tarja Halonen (non, je blague, j'ai pas réussi à la prendre en photo)

Alex et moi...


Cette île est vraiment au bout du monde, et on trouve pourtant de "nombreuses" habitations éparpillées dans la nature. Il faut vraiment aimer la solitude et les moustiques pour vivre ici... Je reconnais que le paysage était superbe, mais je ne pense pas pouvoir passer une année entière loin d'une bibliothèque ou d'un cinéma.



Nous avons eu droit à une visite guidée. Je ne peux pas vous narrer l'histoire de l'île, si ce n'est qu'elle a abrité un hôpital psychiatrique. La guide était charmante, mais son anglais épouvantable, et au bout de dix minutes, mon cerveau s'est mis en mode veille.

Visite de la seule église de l'île, très vieille, très belle, avec l'habituel bateau suspendu à l'intérieur. il faut savoir que toutes les églises de Finlande ont un navire, censé porter chance aux pêcheurs qui venaient à la messe.




Et grâce à ma chance légendaire, la seule piqûre de moustique fut pour moi, en plein sur la paupière inférieure. le lendemain, je ressemblais à un sosie de Hulk; obligée de sortir avec des lunettes de soleil pour ne pas faire peur aux petits enfants. Heureusement, le service médical de la fac est très compétent, et deux jours plus tard, j'avas retrouvé mon oeil. (non pas de photo !)

Après la visite de l'église, nous entamons le chemin inverse pour reprendre le bateau, et le car. Manque de pot, la route est bordée par des fleurs de toutes les tailles et de toutes les sortes, et je perds plus d'une fois le groupe de vue, en attendant qu'Alejandro ait fini de prendre en photo le moindre pédoncule.  Je veux bien qu'on ait une passion pour la nature, mais bon, une rose est une rose; une photo devrait suffire non ? Je n'ai pas du tout envie d'être oubliée à Seili.


A 14heures, nous nous arrêtons dans un restaurant finlandais; et c'est vraiment la révélation : les Finlandais ont des produits absolument infects dans les supermarchés, leur pain noir me cause d'affreuses douleurs à l'estomac. Mais les quelques plats traditionnels sont une pure merveille. Je n'avais encore jamais aussi bien mangé depuis mon arrivée. Nous goûtons à des tas de poissons différents; les sauces sont exquises, le pain fait maison; je fais l'impasse sur les habituels plats de riz/patates/boulettes (je ne peux plus les voir en peinture), et me sers copieusement de tous les plats susceptibles de contenir du curry. au final, tout le monde dépasse les limites de son estomac, et le chemin de retour vers Turku est l'occasion d'une bonne digestion et d'une sieste générale (dans le bus)

La semaine suivante fut un peu plus studieuse. Mardi, j'ai passé mon examen final de finnois et obtenu la note maximale (allez, jetez-moi des fleurs, j'adore ça); ce qui m'a convaincue de continuer à étudier cette langue. d'autant plus que j'ai déjà 7 crédits assurés, sur les 60 que je dois avoir pour valider mon année.
Le mardi après-midi, nous avons aussi eu droit au déjeuner d'adieu, dans un des meilleurs restaurants de Turku (cuisine traditionnelle). Petit dérapage avec mes deux amis anglais et Julie, nous faisons la razzia des chocolats qui accompagnent le café (tout est sous forme de buffet, il y avait donc un grand panier pleins de bonbons et de chocolats... servez-vous svp), ce qui nous vaut une copieuse engueulade de Gerda, la Hongroise, furieuse de ne pas avoir son choco pour accompagner son café-crème et ses 5 parts de tarte à la myrtille.

Depuis mercredi, je suis dans mon "orientation course"; nous sommes dans un amphi une grand partie de la journée, pour avaler le maximum d'informations sur le fonctionnement de la fac, etc. Un peu ennuyeux...
A mon étage, par contre, c'est du grand n'importe quoi: trois allemands, une autrichienne, toujours Michelle la hollandaise, un Brésilien et.... nous sommes 4 françaises !! l'horreur! moi qui voulais parler exclusivement en anglais et en espagnol !!! Les espagnols sont tous à l'étage au-dessous ou dans les autres bâtiments; les Françaises, comme à l'heur habitude, se comportent comme si le monde leur appartenait (enfin pas toutes, juste la fille du fond qui invite ses copines à des kitchen's parties jusqu'à minuit, avec un maximum de bruit, la porte de la cuisine ouverte pour laisser toutes les odeurs d'oignon se répandre dans l'étage, et la table dégueu le lendemain matin). Heureusement, les Espagnols semblent m'avoir acceptée comme "fausse française" et je peux continuer à parler cette langue que j'aime par-dessus tout. Et oui, mon amoureux est parti étudier à Helsinki, c'est donc un peu plus difficile de pratiquer l'espagnol H24, et même si je râlais il y a deux semaines (j'en ai marre de parler espagnol ! apprends le français s'il te plaît!), ça me manque sérieusement.

Ce soir, première "soirée erasmus" organisée par l'association étudiante. Qui sera suivie par de nombreuses autres dans l'année. J'ai également acheté mon ticket pour le "week end cottage" organisé fin septembre : un week end en forêt avec 100 étudiants erasmus et des litres de bière, ça promet d'être joyeux.


Publié dans Visites

Commenter cet article

Elodie 17/09/2008 22:15

Accès difficile à Internet, ou rentrée trop palpitante?
Quelles que soient les nouvelles, j'espère qu'elles sont bonnes, et que tu profites à 200% de cette nouvelle aventure. Il le faut, car l'air de rien, une année à l'étranger, ca passe super vite - j'en sais quelque chose, du mal à réaliser que ca fait déjà 4 ans que je me suis expatriée! o_O

Lisanka 07/09/2008 20:01

et moi, tu m'oublies? lol, je rigole!!!!! bon, je vois que t'as un peu le blues, c'est normal, je te dis, bientôt, tu t'installeras avec ton chéri dans ce curieux pays.
Et puis si la baguette te manque, je te trouve la recette et tu la fais toi même, non?
Pi, sérieux, envole toi un peu en Russie, histoire de te changer les idées!

Je t'envoie plein de courage,


Lisanka

la bureautière 01/09/2008 22:46

Cool d'avoir de bonnes nouvelles! C'est normal que la France te manque, mais avec internet, msn et la webcam, tu peux te faire des soirées quasi en famille! Profite à fond du dépaysement (même s'il est coûteux!!), erasmus, c'est fait pour ça. Pour DH, télécharge les épisodes avec bittorent et enregistre les! Tu les regardes sur youtube sinon pour avoir des coupures intempestives?

Colombe 01/09/2008 18:16

te lire me donne faim, à chaque fois, je t'envoie un mail après mon goûter.

Lilizz 01/09/2008 11:30

Ouh la la, encore un roman , tu devrais poster plus souvent et moins long ma Ptite Anne So ( d'ailleurs mon mail il s'est perdu en route?????). Génial toutes ses photos, ca a vraiment l'air tranquille mais c'est SUR que je vivrai jamais la bas! Sinon je crois que tu as eu une amnésie des prix parisiens--> un café à 2 euros c'est bon marché, la pizza à 15 c'est pas rare non plus...
Les semaines de conférence j'ai eu ca aussi, l horreur , j'ai l'impression de dormir toute la journée !!!
Ah et je vois que Mlle fait sa studieuse " oh vivre loin dune bibliothèque je ne pourrais pas" , "j'ai eu la meilleure note" , oublier sur FB "hate que les cours commencent (d'ailleurs pour une anti-FB tu t'y es bien mise...)...mais non je plaisante , tu sais que je t'aimes pour CA , parce que t'es une fille cultivée, parce que t'es une fille qui flippe avant un exam qu'elle passe haut la main!
Je vois que t'es condamnée a manger tout le temps au resto alors pour avoir quelque chose de convenable ! (euh tes fan de curry?) Mais bon tant que ya du choco....Ici la baguette est toujours aussi bonne et toujours aussi chère , vive la vie parisienne! Et le ciel toujours aussi gris ( non hier , il faisait super beau et 30 degré!)...Raconte moi un peu ces cours, bisous!